Conseils et informations générales

Avant-propos

La communication avec la communauté française et l’efficacité de sa protection constituent une priorité des chefs de poste diplomatiques et consulaires.

Les risques auxquels peuvent être exposés nos compatriotes se diversifient et relèvent de domaines divers (social, industriel, sanitaire, politique ou terroriste).

La mise à jour des données qui figurent dans « les plans de protection » est essentielle.

L’efficacité des mesures, appelées à être mises en œuvre, repose largement sur la connaissance dont nous disposons sur notre communauté.

Il est donc extrêmement utile et conseillé de veiller à l’actualisation des informations détenues par l’administration consulaire concernant votre situation personnelle (adresse, téléphone, télécopie, adresse électronique, etc.)

1. Votre sécurité au Sénégal et en Gambie : conseils et informations générales

Les acteurs de votre sécurité

- Les acteurs locaux de la sécurité : Les dispositions indiquées ci-après ne se substituent pas aux consignes et mesures décidées par les autorités locales, sur lesquelles elles doivent pouvoir s’appuyer. En cas d’événement grave, ce sont d’abord leurs services qui sont en première ligne. Au quotidien, la police et les sapeurs pompiers sont opérationnels à Dakar, à Saint-Louis et à Banjul. Leurs numéros d’appel sont les suivants :

17 Police-Secours

18 Sapeurs pompiers

- L’Ambassadeur, Haut Représentant de la République Française, dirige l’ensemble des services français au Sénégal et en Gambie et conduit leur action, notamment pour ce qui concerne la sécurité des Français.

- le Premier Conseiller l’assiste dans cette mission. Il est plus particulièrement chargé de l’organisation générale de la sécurité.

- Le Consul Général de France à Dakar est l’interlocuteur des membres de la communauté française pour l’ensemble des questions relatives à leur vie quotidienne. Il collecte et tient à jour les données sur leur sécurité.

- Les partenaires bénévoles, que sont les chefs d’îlots et les suppléants, constituent d’indispensables relais de terrain disposant de moyens de communications, vérifiés mensuellement.

- Les Forces Françaises du Cap Vert pourraient être sollicitées pour fournir un appui logistique.

Le plan de protection

Le Consulat général de France à Dakar actualise très régulièrement les données concernant la communauté française, regroupées dans le plan de protection.

Ils définissent les mesures échelonnées qui devraient être prises immédiatement par les services français lors de l’apparition d’un risque, jusqu’à l’éventualité d’un regroupement par quartier, voire une évacuation.

Les objectifs essentiels du plan sont :

- Un recensement aussi précis que possible des populations susceptibles d’en bénéficier (nombre, sexe, âge, lieux de travail et de domicile, voie d’accès, téléphone, télécopie, adresse électronique).

- Le découpage de la circonscription consulaire en îlots d’une taille et d’un effectif compatibles avec les besoins de la communication et d’un regroupement des membres de la communauté.

- La désignation de responsables de la sécurité pour ces îlots : en liaison avec les services consulaires, régulière en temps ordinaire, constante en cas de crise, ils sont les intermédiaires compétents pour animer le réseau de sécurité, faire circuler l’information et mettre en œuvre les dispositions prises.

- L’identification d’un ou de plusieurs points de recueil et d’évacuation pour chaque îlot : ceux-ci doivent être connus de la population concernée.

- La connaissance et la disponibilité des moyens matériels nécessaires pour procéder à d’éventuelles opérations de regroupement et d’évacuation.

Les précautions indispensables

- L’inscription au Registre de chaque membre de la communauté est la condition première d’un dispositif de sécurité fiable, réactif et correctement dimensionné.
Des visites régulières aux consulats généraux permettent l’actualisation indispensable des données (composition de la famille, lieu de résidence ou professionnel, numéros de téléphone, adresse électronique).

De nouvelles dispositions rendent l’inscription au Registre ou l’actualisation des données plus aisées. Les pièces exigées sont réduites ( identité, nationalité, résidence dans la circonscription).

Inscription au Registre

Téléphone (pour renseignement) :

Circonscription consulaire de Dakar et ensemble du territoire gambien :
338 395 235
338 395 236
338 395 237

- La connaissance des chefs d’îlots :

Leurs coordonnées sont fournies, pour votre information (ou celle de nos compatriotes que vous côtoyez) lors de votre inscription au registre des Français, ou sur demande auprès des consulats généraux.

Il est indispensable de vous faire connaître d’eux. Ils vous feront part d’informations utiles sur votre îlot de rattachement et pourraient vous contacter plus aisément si besoin était.

La préparation

Pour affronter le plus rationnellement une situation de crise, il est utile de s’organiser dès votre arrivée.

La fiche ci-dessous constitue un aide-mémoire utile des précautions matérielles à prendre en permanence, ou sur avis à votre domicile.

Constituer une pochette « Papiers » contenant :

- Passeports et documents d’état civil
- Photocopies des papiers importants
- Dossiers médicaux et scolaires, cartes de sécurité sociale
- Doubles des trousseaux de clefs (véhicules et domicile)
- Argent liquide.

Conserver à portée de main :

- Nom et coordonnées du chef d’îlot et de son suppléant
- Coordonnées du point de recueil des familles au niveau de l’îlot ou de la zone de regroupement en cas d’évacuation.
- Liste des affaires personnelles à emporter en cas d’urgence (voir page 11).

Détenir en permanence chez soi :

- Provisions alimentaires transportables
- Eau (1à 2 bouteilles par personne)
- Lampe de poche avec piles de rechange
- Provision de gaz et carburant pour quelques jours
- Trousse pharmaceutique de base
- Médicaments utilisés dans le cadre d’un traitement régulier
- Lunettes de vue

2. En cas de crise : dispositions et comportement

Les cellules de crises

Dès l’apparition d’une crise, deux cellules sont activées :

- L’une à Paris, issue de la cellule de veille sur la sécurité des communautés françaises, qui centralise les informations et met à disposition un numéro de téléphone dédié à l’information des familles.

- L’autre, dans le pays concerné, constituée autour de l’Ambassadeur et des responsables consulaires, aurait notamment pour mission de :

  • Entrer en contact avec les chefs d’îlots ou les suppléants, recenser les informations concernant l’ensemble des ressortissants français résidant dans la zone sinistrée, ou qui s’y seraient trouvés lors du déclenchement,
  • Assurer le lien avec les autorités locales et contribuer à transmettre leurs consignes,
  • Diffuser à la communauté française des messages gradués en fonction de l’évolution de gravité des événements,
  • Effectuer, sur instruction de l’ambassadeur, des missions de reconnaissance ou de secours sur le terrain.

L’attitude à adopter

Trois phases peuvent se succéder lors d’une crise :

Vigilance- Regroupement- Évacuation

Dans tous les cas, il est essentiel de garder son calme, d’éviter d’accorder de l’importance aux rumeurs ou de les propager.

- Les consignes seraient diffusées par les moyens appropriés, en fonction de la crise, sous l’autorité de l’Ambassadeur.

- Un numéro de téléphone spécifique serait mis en œuvre aux consulats généraux pour l’information des Français.
N’utilisez que celui-ci pour éviter de saturer les services.

- Facilitez la tâche de tous par votre calme et le respect des instructions.

Très important : afin que vos enfants soient facilement identifiables s’ils devaient se retrouver seuls, faites-leur porter une mini-fiche d’identité indiquant leur nom, leur date de naissance, vos numéros de téléphones et adresse, leur nationalité et les problèmes de santé éventuels.

- Phase d’évacuation :

Trois précautions pour une évacuation qui peut comporter des escales :

- Encombrement minimum afin de permettre au plus grand nombre d’être évacué le plus rapidement possible (valise de 20 kgs maximum).

- Disposer d’un complément de bagage à main de 5 kgs maximum par personne (liste indicative ci jointe).

- Disposer d’argent liquide et d’une carte bancaire

- Phase de regroupement :

Deux temps possibles :
Recueil en îlot (point de recueil) puis sur un site d’évacuation (zone de regroupement)

Durée variable : de quelques heures à plusieurs jours.

Emporter : valises- pochettes- sacs de provisions alimentaires.

Fermer : eau, gaz, électricité, fenêtres, volets, portes, en quittant son domicile.

- Phase de vigilance :

Rester chez soi

- Préparer

  • ses valises individuelles (20 kgs)
  • une malle de 50 kgs maximum destinée à un éventuel fret différé.

-S’informer et informer

  • en écoutant la radio, par exemple (RFI 92.00) et en regardant les chaînes de télévisions locales
  • en contactant son chef d’îlot pour signaler sa situation et tout incident dont vous êtes le témoin.

Préparation des affaires personnelles

- Valise individuelle de 20 kg destinée à voyager en soute

- Malle familiale de 50 kg pour un éventuel fret différé

- Bagage personnel de 5 kg

  • pochette contenant les documents personnels
  • affaires de toilette
  • bouteilles d’eau minérale
  • aliments adaptés : pâtes de fruits, barres aux céréales
  • une trousse de premiers secours
  • sous-vêtements
  • vêtements chauds
  • affaires personnelles de valeur peu encombrantes
  • une couverture ou un duvet
  • lampe de poche et piles
  • canif, briquet, allumettes, sacs en plastiques, mouchoirs en papiers, papier hygiénique
  • jouets d’enfants

Dernière modification : 21/07/2014

Haut de page