Interview du chef du service économique, M. Christian Delherm

1- Monsieur Delherm, vous êtes chef du Service économique de l’ambassade de France à Dakar, quel est le rôle de ce Service ?
Le service Economique au sein d’une ambassade, c’est l’information sur l’économie en général du pays, que ce soit de la macroéconomie, ou l’évolution des grands secteurs d’activité de l’économie. C’est aussi le contact privilégié pour les entreprises françaises qui sont présentes au Sénégal, ou qui viennent prospecter ce marché pour y investir ou pour réaliser des projets. A Dakar le service Economique est compétent pour le Sénégal, la Gambie et le Cap Vert.

2- En quelques mots, pourriez-vous définir la diplomatie économique ? qui en sont les principaux acteurs au Sénégal ? Qu’est-ce que le SE peut apporter aux entreprises françaises ?
La diplomatie économique c’est l’appui aux entreprises françaises qui s’intéressent au marché sénégalais ou qui sont déjà des acteurs économiques du pays. Le service Economique contribue à alimenter la diplomatie économique, au travers d’un éclairage sur la compréhension des évolutions de l’économie, du suivi des secteurs prioritaires et de leurs potentialités. C’est aussi un rôle de relai entre les entreprises françaises et les administrations locales, qui leur permet de nouer des contacts et d’obtenir des informations visant à adapter l’offre française au plus près des besoins. Il intervient également en cas de difficultés ou d’incompréhensions entre les deux parties.

3- Vous arrive-t-il de conseiller des Sénégalais pour des investissements en France ?
Le chef du Service économique est chargé de mettre en œuvre localement la politique de promotion d’attractivité du territoire français. Dans les pays de compétence du service Economique et pour le compte de l’agence Business France, cela consiste à détecter, à accompagner et à suivre les projets d’investissements privés locaux en France.

4- Quels sont selon vous les secteurs clés de l’économie sénégalaise et les opportunités d’affaires pour des entreprises françaises ?

Le Service économique assure le suivi des secteurs d’activité économique à fort potentiel : agriculture, énergie, infrastructures, industries extractives et tourisme notamment, en lien avec la programmation et les priorités du PSE, ainsi que la veille et le suivi des grands projets qui sont autant d’opportunités pour les grands groupes français.
Le Sénégal se caractérise par un climat des affaires en amélioration mais encore largement perfectible, c’est pourquoi le Service Economique prête une attention spécifique à l’évolution de l’environnement des affaires afin d’assurer une information adéquate des entreprises françaises en particulier en direction des plus vulnérables.

5- Dans quelle mesure les entreprises françaises apportent-elles leur concours au développement du Sénégal ?

Les groupes français interviennent au Sénégal pour la réalisation des projets du Plan Sénégal émergent, en investissant au travers de leurs filiales notamment dans le secteur de l’agriculture avec Les grands domaines du Sénégal (GDS), Copéol et la Compagnie agricole de Saint Louis (Casl), les mines et le ciment avec Grande Côte Opérations et Sococim, le secteur des services avec Sonatel, Canal Plus, Sgbs, Bicis, Bureau Veritas et Accor, le secteur des infrastructures avec Eiffage, Total, Bolloré et Necotrans et des énergies renouvelables avec Vinci et Engie.
Au total, plus de 100 filiales d’entreprises françaises opèrent sur le territoire sénégalais dans tous les secteurs d’activité. Atos et Atac, filiale du groupe Auchan, étant les dernières ayant investi au Sénégal.

6- Comment qualifier les relations économiques entre la France et le Sénégal aujourd’hui et quelles sont les tendances qui se dessinent ?

Le Sénégal est l’un des principaux partenaires commercial de la France en Afrique. Les échanges entre les deux pays qui progressent régulièrement se sont élevés à 808 MEUR en 2014. La France exporte principalement des céréales, des produits pharmaceutiques, des produits pétroliers et du tabac et importe des produits des filières agricoles et de la pêche.
L’investissement des entreprises françaises au Sénégal (IDE) atteint près de 2 Md€ en 2014, représentant une grande partie des investissement directs étrangers (IDE) au Sénégal.

Dernière modification : 09/02/2016

Haut de page