L’Ambassadeur de France au Sénégal, Christophe...

L’Ambassadeur de France au Sénégal, Christophe Bigot, a participé le 19 septembre, à la cérémonie d’ouverture de la 7e session annuelle de formation en Droit international des Droits de l’Homme de l’Institut International des Droits de la l’Homme-Fondation René Cassin.

La Fondation René Cassin, basée à Strasbourg, organise en effet depuis 2003 des sessions délocalisées de formation en Afrique avec le soutien de la Fondation allemande Friedrich Naumann pour la Liberté. L’objectif est bien sûr de rendre accessibles financièrement et géographiquement ces enseignements de qualité aux défenseurs africains des droits de l’Homme africains.

L’Ambassade de France a ainsi offert Des bourses à 30 jeunes sénégalais pour leur permettre de suivre cette session.

Au cours de la cérémonie, Inge Herbert, directrice pour l’Afrique de l’Ouest de la Fondation Friedrich Naumann, Elsa ZIMMER de la Fondation René Cassin, Andréa ORI représentant pour l’Afrique de l’Ouest du Haut-Commissariat aux Droits de l’Homme, Me Pape SENE, président du Comité sénégalais des Droits de l’Homme et Cheikh Tidiane DIALLO, secrétaire général du Ministère de la Justice ont successivement rappelé la nécessité de concilier lutte contre le terrorisme et Droits de l’Homme, thème de cette session.

Sur cette même question, Monsieur l’Ambassadeur Christophe BIGOT a déclaré que « Le terrorisme à l’évidence menace les droits les plus sacrés ; le droit à la vie, le droit à la sécurité, à la propriété… Leur objectif est de détruire l’État de Droit qu’ils abhorrent en provoquant des tensions et des radicalités au sein de nos sociétés. Faire fi des Droits de l’Homme pour combattre le terrorisme serait tomber dans le piège qu’ils nous tendent. Chaque État doit trouver le juste équilibre entre Droits de l’Homme et nécessité de protection, chaque État doit décider où il place le curseur en fonction de ses propres impératifs, mais le plus important c’est qu’il le fasse dans le respect de l’État de Droit en garantissant par exemple le recours à un juge. »
La session de formation dure 2 semaines et sera sanctionnée par un diplôme obtenu après une épreuve de connaissances effectuée le dernier jour.

Dernière modification : 21/09/2016

Haut de page