L’action de la France au Sénégal en matière d’éducation

L’Agence Française de Développement se mobilise en faveur de l’éducation et de la formation professionnelle

De 2000 à 2015, l’AFD a engagé environ 77 millions d’euros, soit un peu plus de 50 milliards de Fcfa pour l’éducation et la formation professionnelle. Parmi les réalisations, figurent :

- plus de 700 salles de classes construites, une centaine réhabilitées, le tout permettant d’accueillir plus de 40 000 élèves ;

- plus de 500 projets d’écoles et d’établissements mis en œuvre ;

- 700 jeunes apprentis encadrés par 150 maîtres d’apprentissage, alternant l’apprentissage pratique dans des ateliers artisanaux et la théorie dans des établissements de formation professionnelle, dans les métiers de la mécanique auto, de la couture et du BTP, ce qui a abouti à la première certification d’apprentis au Sénégal.

Deux nouveaux projets vont aboutir à la construction de 550 nouvelles salles de
classe
dans les collèges des banlieues de Dakar et en Casamance (Ziguinchor et
Sédhiou) pour recevoir 27 000 élèves environ.

Par ailleurs, sur demande des fédérations professionnelles sénégalaises, en partenariat avec des fédérations professionnelles françaises, des centres de formation professionnelle ont été construits et équipés (voir encadré). D’autres conventions de financement pour soutenir la formation professionnelle mais aussi l’enseignement supérieur professionnel (mise en place des instituts supérieurs d’enseignement professionnel de Richard-Toll et de Bignona) sont en attente de signature ou en préparation pour un montant total de 32millions d’euros (soit 20,8 milliards de FCFA). En accompagnant le développement d’une offre de formation professionnelle, l’AFD souhaite ainsi contribuer non seulement à l’amélioration de la compétitivité de l’économie sénégalaise et de ses entreprises, mais aussi à une meilleure insertion des adultes – et notamment des jeunes adultes – dans la vie active.

Centres de formation professionnelle financés par l’AFD]


3 centres ont ouvert fin 2011
et accueillent environ 1400 apprenants par an :
- Centre des Industries agro-alimentaires, situé à côté du lycée Delafosse ;
- Centre des métiers de logistique portuaire, situé à Bel Air ;
- Centre du bâtiment et travaux publics, situé à Diamniadio.

2 centres sont en construction : un centre pour la mécanique auto et poids
lourds à Diamniadio, ainsi que pour le machinisme agricole à Saint Louis ;

Le centre BTP pour la maîtrise énergétique à Diamniadio est agrandi.
La construction de structures de formation et leur mise en réseau dans les domaines
de l’aviculture, l’horticulture et l’hôtellerie/restauration va prochainement débuter dans le cadre d’un projet co-financé par l’AFD, La Banque Mondiale et l’État du Sénégal.


Le Service de coopération et d’action culturelle (SCAC)
supervise le réseau
des établissements français en lien constant avec l’AEFE. Il veille au bon fonctionnement des établissements et à la mise en œuvre de la politique éducative définie par le Ministère des Affaires Étrangères et du Développement International (MAEDI), dans le cadre de l’homologation pédagogique des établissements par le Ministère de l’Éducation Nationale.

Le SCAC organise la campagne d’admission des élèves et procède à l’affectation des élèves.

Le SCAC contribue à l’élaboration d’une stratégie de coopération entre le Sénégal et la France en matière de politique éducative et linguistique.

En coordination avec l’ensemble des partenaires techniques et financiers, il joue un rôle de soutien, de conseil et d’accompagnement auprès des Ministères de
L’Education, de l’Enseignement supérieur, de la Formation professionnelle, de la
Jeunesse, des Sports.

Son conseiller de coopération et d’action culturelle et son attaché de coopération éducative sont les avocats du savoir-faire français en matière d’enseignement
(subventions d’appui aux établissement scolaires, aux universités et à l’enseignement en français à hauteur de 100 000 euros).

Quelques dispositifs, programmes et évènements à découvrir :


Programme d’Appui aux Initiatives de Solidarité pour le développement (PAISD)

Ce programme a eu un impact majeur sur les populations dans le domaine de l’éducation. Plusieurs écoles, collèges, lycées et centres de formation professionnelle ont pu voir le jour grâce à ce programme. Découvrez-le en cliquant sur le lien suivant : http://www.ambafrance-sn.org/Qu-est-ce-que-le-programme-d-appui-aux-initiatives-de-solidarite-pour-le

Les Bourses :

La coopération française finance des bourses de recherche doctorale et post-doctorale en France, ainsi que des bourses dans les domaines de la santé et du développement durable (500 000 euros en 2015). Plus d’informations : http://www.ambafrance-sn.org/Programme-2016-de-bourses-pour-le-financement-de-sejours-de-recherche-doctorale

Programme SANKORE de classes numériques
au Sénégal
 : 1000 classes, 650 enseignants et 30 000 élèves concernés

La France a mis à disposition du Ministère sénégalais de l’Éducation 1100 kits SANKORE destinés à l’éducation primaire. Il s’agit d’un kit comprenant un ordinateur, un projecteur vidéo et un tableau numérique interactif dont l’utilisation pédagogique est très aisée pour les enseignants. Le SCAC a financé l’installation des kits et la formation technique et pédagogique des enseignants des écoles dotées. Le logiciel Open-SANKORE fournit avec le kit constitue une base de ressources pédagogiques numériques et interactives particulièrement riche.

JPEG

Pour plus de détails sur le dispositif rendez vous sur le lien : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/senegal/la-france-et-le-senegal/evenements-21413/article/un-programme-de-classes-numeriques?xtor=RSS-4

Le Fonds de solidarité prioritaire :

Le FSP U3E, mis en œuvre grâce à l’appui de deux experts techniques internationaux français, a participé à la réforme du secteur universitaire. Il a permis d’ouvrir 11 licences professionnelles au sein de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD) et des universités régionales.

Par ailleurs, un nouveau FSP est en cours d’élaboration dans le domaine de la promotion des techniques numériques de fabrication : l’objectif est de créer un réseau de trois laboratoires de fabrication au sein des écoles d’ingénieurs du Sénégal -Dakar, Saint Louis et Thiès- en vue de renforcer les compétences des jeunes ingénieurs et favoriser leur insertion professionnelle.

Fête de la science
Chaque année, l’Ambassade de France organise la Fête de la Science en partenariat avec le Ministère sénégalais de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, le Ministère sénégalais de l’Éducation Nationale. La deuxième édition avait pour thème principal le climat, en prélude à la COp 21.

Pour plus d’informations rendez-vous sur ce lien :
http://www.ambafrance-sn.org/Fete-de-la-science-et-de-l-innovation-du-12-au-21-novembre-2015

L’Institut de recherche pour le Développement

Des chercheurs de l’IRD ont mené plusieurs études sur l’éducation au Sénégal ces dernières années. Elles ont porté sur : (1) l’analyse des politiques publiques de l’éducation (développement de l’enseignement araboislamique, transmission de normes relatives à l’environnement ; (2) l’examen des processus de confrontation et de métissage entre savoirs locaux et savoirs scolaires.  ; (3) les dynamiques éducatives au Sénégal (pluralisme éducatif, qualité de l’éducation, inégalités scolaires) ; (4) les déterminants de la scolarisation : rôle de la composition du ménage, de la place de l’enfant dans le ménage et de l’entourage de l’enfant. ; (5)
Les enfants hors ou en marge du système scolaire classique au Sénégal

Contacts chercheurs : valerie.delaunay@ird.fr, hamidou.dia@ird.fr,
melanie.jacquemin@ird.fr, sophie.lewandowski@ird.fr

Le Centre de coopération Internationale en Recherche Agronomique pour le développement

Au Sénégal, le CIRAD :
- contribue à plusieurs formations académiques de niveau bac +5 (ex : master gestion durable des agroécosystèmes horticoles de l’UCAD) et à diverses formations doctorantes (ex : en pastoralisme)
- appuie le projet pédagogique de la nouvelle université agricole du Sine Saloum à Kaolack (USSK) à travers le consortium Agreenium-IAVFF ;
- accorde des bourses doctorales et des séjours scientifiques à des étudiants (co-encadrement d’une trentaine de doctorants) ainsi qu’à des chercheurs ;
- organise des formations professionnelles.
Pour plus d’informations : http://afrique-ouest-cotiere.cirad.fr/ et www.agreenium.org

Dernière modification : 01/02/2016

Haut de page