Témoignage d’un jeune professionnel accompagné par l’OFII

"J’ai pensé qu’une expérience de travail en France pourrait m’aider, à mon retour au Sénégal, à plus facilement m’insérer professionnellement".

Plus d’informations sur l’OFII : http://www.ambafrance-sn.org/L-OFFICE-FRANCAIS-DE-L-IMMIGRATION

PNG M. MBODJ, vous bénéficiez d’un contrat « jeune professionnel » de 18 mois au sein d’une PME en France. Pourquoi avoir opté pour cette expérience en France ?

M. MBODJ – J’ai une formation dans le secteur de l’électricité. J’ai obtenu au Sénégal mon CAP puis mon BEP ainsi qu’un certificat de qualification professionnelle. Ayant des capacités, j’ai poursuivi mes études et obtenu mon baccalauréat professionnel spécialité « électrotechnique – électronique », j’ai pu faire ma 1ere année de licence en administration et maintenance des réseaux télé informatiques. Malgré tous ces diplômes, je n’ai pas réussi à trouver d’emploi dans mon pays. J’ai donc pensé qu’une expérience de travail en France pourrait m’aider, à mon retour au Sénégal, à plus facilement m’insérer professionnellement. Je suis donc allé m’inscrire au service public de la main d’œuvre en tant que demandeur d’emploi ce qui m’a permis d’être accompagné par les conseillers emploi de l’Agence Nationale pour l’Emploi des Jeunes (ANEPJ) pour l’élaboration de mon CV, puis j’ai été informé des opportunités que l’OFII proposait par le biais de ses dispositifs de migration professionnelle et d’appui au retour.
Ma migration est temporaire, elle me sert à acquérir des compétences métier complémentaires qui doivent à terme me permettre de professionnellement trouver ma voie dans mon pays, au Sénégal.

Comment cette expérience en France participe-t-elle à vous professionnaliser ?

JPEG M. MBODJI – Grâce à l’OFII, j’ai eu l’opportunité de signer un contrat « jeune professionnel » avec une petite entreprise spécialisée dans le montage des tunnels et des serres. Ce contrat m’a donné l’occasion de mettre en application les compétences techniques que j’avais acquises en électricité lors de ma formation au Sénégal et surtout de constater que ces compétences étaient bien appréciées par mon employeur en France. C’est donc une manière pour moi de valider ma formation de base effectuée au Sénégal. Cela m’a permis d’une part de retrouver confiance en moi et de comprendre que j’avais bien un métier en main. D’autre part je constate que cette expérience en France me permet d’acquérir des compétences nouvelles dans un domaine que je ne connaissais pas, pour lequel pourtant mes acquis professionnels en électricité sont appréciés. Grâce à cette expérience, je suis en effet en train de me professionnaliser dans le montage et l’électrification des tunnels et des serres. J’ai aussi appris comment mettre en place des portes motorisées. Ce sont autant de compétences complémentaires, des spécialités métier, qui me seront utiles lors de mon retour au Sénégal. Sachant que ce type de connaissance n’est pas très répandu dans mon pays, je pense sincèrement pouvoir me créer des opportunités soit en intégrant une entreprise en tant que salarié, soit en créant ma propre entreprise d’autant que je sais que l’OFII accompagne par des subventions et un soutien en expertise pendant une durée d’un an les sénégalais porteurs de projets qui reviennent volontairement dans leur pays. C’est donc une opportunité intéressante à saisir que je n’hésiterai pas à prendre si mon actuel employeur, qui est un excellent « tuteur » professionnel accepte aussi de m’apprendre à gérer une petite entreprise.

Que pensez-vous du dispositif « jeune professionnel » ?

JPEG Pour dire vrai, au départ quant à l’OFII il m’a été dit que si je trouvais un employeur en France je pourrai rejoindre ses équipes en moins de 17 jours, je n’y croyais pas réellement ! Pour être aujourd’hui bénéficiaire du dispositif « jeune professionnel », je puis personnellement affirmer que c’est un excellent programme que la France a mis à la disposition des jeunes sénégalais. Il permet d’apprendre très concrètement par la pratique, c’est-à-dire par la mise en situation de travail, des spécialités métiers qui participent à professionnaliser dans son domaine de compétence. Je suis conscient que la France, par le biais de ce dispositif offre aux jeunes sénégalais de belles opportunités et ce quand bien même le marché du travail est difficile partout dans le monde et en particulier en France ou le taux de chômage est assez élevé. Alors j’ai tout naturellement envie de dire aux sénégalais « s’il vous plait, ne partez plus de manière irrégulière car la France offre de belles et intéressantes opportunités à ceux qui respectent les procédures ». Du moment que vous êtes intéressés par une expérience de travail en France, que vous êtes travailleur, motivé et sérieux, vous avez comme moi toutes vos chances pour vous construire un avenir professionnel au Sénégal. Car si j’invite à penser cette migration dans le cadre d’une recherche de montée en compétence, je n’oublie pas également d’inviter mes frères sénégalais à revenir au Sénégal pour en faire bénéficier notre pays.

Dernière modification : 07/12/2015

Haut de page