Visite au Sénégal de Mme Brigitte Girardin, ministre déléguée à la Coopération, au Développement et à la Francophonie (10 mai)

Mme Brigitte Girardin, ministre déléguée à la Coopération, au Développement et à la Francophonie, s’est rendue au Sénégal, le 10 mai, à l’occasion de la première journée des mémoires de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs abolitions.

JPEG

Répondant au souhait exprimé le 30 janvier dernier par le Président de la République lors de la réception à l’Elysée du Comité pour la mémoire de l’esclavage, ces cérémonies visent à associer l’Afrique à cette première journée nationale de commémoration officielle. En se rendant en ce lieu éminemment symbolique, la Ministre déléguée entendait marquer la volonté de la France de participer à la construction d’une mémoire partagée de l’esclavage avec le Sénégal et, au delà, avec l’Afrique toute entière.

Le Président de la République du Sénégal, Me Abdoulaye Wade, et Mme Brigitte Girardin ont présidé les cérémonies organisées sur l’île de Gorée, qui se sont déroulées en deux temps :
JPEG JPEG

  • un temps solennel d’hommage et de recueillement, en présence des autorités sénégalaises et françaises : accueil traditionnel au débarcadère de Gorée, discours, lectures de textes puis dépôt de gerbe sur la place des droits de l’Homme ;
    JPEG
  • un temps plus spécifiquement consacré au dialogue des cultures et à leurs expressions, avec
    • l’inauguration d’une exposition d’œuvres d’artistes sénégalais et français (Ousmane Sow, Marie-Noëlle Decoret, Gabriel Kenzo Malou, Moustapha Dime, Djibril Sagna).

      Rencontre insolite, sur un des sites les plus spectaculaires de l’île, entre artistes francais (7 panneaux grand format de portraits de Marie-Noelle Decoret) et sénégalais (sculptures de Gabriel Kenzo Malou, Moustapha Dime, Djibril Sagna, Henri Sagna). A titre exceptionnel, l’une des rares oeuvres visibles au Sénégal d’Ousmane Sow sera prêtée pour la durée de l’exposition (lanceur en bronze). Cette exposition s’inscrit également dans le cadre de la Biennale de Dakar (off).

    • puis un concert sur la grande place de Gorée à 18h réunissant des artistes africains et français originaires des Antilles. associant artistes africains et français originaires des Antilles (Youssou Ndour, Coumba Gawlo, Thione Seck, Angélique Kidjo, Jacob Desvarieux, Tanya Saint Val)

JPEG

Par ailleurs, les invités de la Ministre (parlementaires français, représentant du comité pour la mémoire de l’esclavage) ont procédé à l’école Sainte-Marie de Hann, à l’inauguration de l’exposition ’’Esclavage, voyages, métissages ou la marche de l’homme vers la promesse de l’universel’’, une exposition de miniatures de l’artiste plasticien sénégalais, M. Lamine Barro. Premier établissement à recevoir le Prix pour la paix de l’Unesco, en 1991, le Cours Sainte-Marie de Hann est devenu au fil des années un des hauts lieux du patrimoine artistique, culturel et éducatif du Sénégal.

JPEG

Cette visite a également été l’occasion

  • de procéder à la signature du Document cadre de partenariat entre la France et le Sénégal

    Pour mémoire, le montant total de l’aide publique française au Sénégal est de 110 millions d’euros annuels (72 milliards FCFA). Notre aide se concentre dans trois secteurs : l’éducation, les secteurs productifs et les infrastructures, chacun de ces domaines correspondant aux priorités énoncées par les autorités sénégalaises et aux enjeux du développement du pays.

JPEG

  • et d’effectuer une visite de terrain, à Guediawaye, pour visiter le marché de Ndiareme réhabilité par l’Agence française de Développement pour un montant de 850 000 euros.

    Le marché de Ndiareme a été réhabilité par l’AFD, pour un montant de 562 millions de fcfa. Dans cette commune qui compte 500.000 habitants, dont 65pour cent de moins de 25 ans, 1000 commerçants ont pu bénéficier de cet aménagement. Le marché accueille actuellement 363 cantines, 579 étals sous hangars et 20 magasins de stockage. Ce projet s’inscrit dans le cadre du programme d’appui au communes (pac), programme qui, de 1998 a 2004, a permis la réalisation de plus de 400 projets d’investissements physiques, sous la forme d’un financement mixte (subvention, autofinancement et emprunt). Au vu des bons résultats de ce programme, le renforcement et l’équipement des collectivités locales du Grand Dakar se poursuivra (à hauteur de 15 millions d’euros pour l’AFD sur un besoin de financement total évalué à 127 millions d’euros, la Banque Mondiale accordant 60 millions d’euros en prêts)

Dernière modification : 21/01/2016

Haut de page