L’Ambassadeur BIGOT à la découverte des populations, des projets et réalisations du Programme d’Appui aux Initiatives de Solidarité pour le Développement (PAISD).

De Bakel à Ziguinchor en passant par Goudéry et Sédhiou, l’Ambassadeur de France au Sénégal est allé à la découverte des populations, des projets et réalisations du Programme d’Appui aux Initiatives de Solidarité pour le Développement (PAISD).

La cérémonie d’inauguration du poste de santé de Sinthiou Dialigue, le 11 février, a marqué le début de la tournée de l’Ambassadeur Bigot. Avant la mise en place de ce projet, le village de Sinthiou Dialiguel disposait d’une case de santé qui n’était pas aux normes malgré sa population estimée à près de 1.500 habitants. Cette case de santé était abritée dans des locaux vétustes et incapables d’assurer la prise en charge sanitaire de qualité aux populations de ce village de la commune de Bélé. C’est dans ce contexte que les ressortissants de Sinthiou Dialiguel en France, regroupés au sein d’une association basée dans le 20eme arrondissement à Paris, ont initié ce projet en partenariat avec le Programme d’Appui aux Initiatives de Solidarité pour le Développement (PAISD). Pour ce projet qui a démarré en juin 2016, 32 055 440 Fcfa ont été mobilisé.
JPEG
Quittant les populations de Sinthiou Dialiguel, l’Ambassadeur et sa délégation se sont rendus à la cérémonie de la pose de la première pierre du réseau d’adduction d’eau potable de Seling Qitué à environs 200km de Tambacounda. Pour ce projet, qui a mobilisé 62 442 629 Fcfa, une association d’usagers du forage a vu le jour. Le village de Seling et le hameau de Boussera qui y est rattaché, peuplé de 800 habitants est aujourd’hui alimenté en eau par un seul forage équipé d’une pompe manuel. Grâce à ce projet, les femmes du village n’auront plus à s’occuper de la dure corvée de puisage de l’eau.
JPEG
Le soir, l’Ambassadeur de France a conclu cette journée par ces mots :
« J’ai vraiment été marqué par l’enthousiasme des habitants qui s’approprient les projets pour améliorer leur quotidien et œuvrer à un avenir meilleur ».

La deuxième journée de la tournée de l’Ambassadeur Bigot est marquée par l’inauguration de deux nouveaux réseaux d’adduction d’eau potable à Goudiry, un département situé entre Tambacounda et Kidira.

Ce projet ambitieux d’accès à l’eau potable couvre plusieurs localités du département de Goudiry notamment Diaré Mbolo, Diaré Mabouké, Garala, Médina Guiraye et Djida. Le projet s’est concrétisé grâce à la réalisation d’un nouveau forage de production dans le village de Diaré Mbolo par l’État du Sénégal (UEMOA 2009) et au dynamisme du PAISD et des ressortissants qui ont réussi à fédérer les différentes localités entourant Diaré Mbolo, et mobiliser divers partenaires financiers et techniques (Coallia, Fondation Adoma, Gret).
JPEG
Dans le cadre du PAISD, le village de Gognedji a également bénéficié d’un projet d’adduction en eau potable porté par les migrants. Auparavant, les habitants du village se servaient de puits traditionnels et de mare temporaires qui se forment lors de la saison des pluies. Aujourd’hui, le service d’adduction à l’eau potable est fonctionnel et un système de vente d’eau au volume a été instauré. Des démarches sont en cours pour élargir le nombre de points d’accès et étendre ce réseau au village de Bassara situé à 1 km de Gognedji.
JPEG
Les impressions de l’Ambassadeur de France au Sénégal, Christophe Bigot :
« Les inaugurations se sont déroulées dans une atmosphère d’amitié, de grande chaleur, avec une place d’honneur pour les ressortissants des villages qu’ils soient en France ou de retour auprès des leurs. Il faut souligner qu’avec l’appui des 78 associations des ressortissants de la région de Tambacounda en France, le PAISD a pu réaliser plus de 54 projets d’infrastructures social-économiques dans la région en 11ans. Ce programme va se poursuivre avec d’importants moyens apportés par l’Union européenne et l’Agence française pour le développement. Mais il ne faut pas sous-estimer les petits projets : ainsi, les châteaux d’eau construits dans les villages visités représentent une révolution pour leurs habitants, en particulier les femmes, qui voient disparaître la corvée d’eau ». C. Bigot

L’Ambassadeur Bigot et sa délégation ont débuté leur journée du 13 février par une visite du chantier du lycée de Goudiry où ils ont été accueillis par l’hymne national sénégalais repris en cœur par les élèves de l’établissement. Cette initiative de construire un lycée est le résultat de l’organisation des journées du Boundou en France tenue en mai 2015 qui a réuni l’ensemble de la communauté en France originaire de Goudiry et des élus locaux du Département, en présence des autorités administratives et techniques. Le Département de Goudiry compte quatre collèges, et un cycle d’enseignement secondaire sans locaux, logé dans ceux du collège de Goudiry qui compte 17 salles physiques pour 22 classes pédagogiques et près de 1.500 élèves. Le département compte 2 autres collèges accueillant un cycle secondaire (à Bala à 70km et à Kothiary à 100 km) mais aucun de ces établissements n’a une salle spécialisée pour les séries scientifiques ni de salle informatique. L’Ambassadeur Bigot a pu rencontrer et échanger avec la communauté scolaire du collège de Goudiry qui accueille actuellement les lycéens en attendant la construction du nouveau lycée.
JPEG
D’ici peu, un nouvel établissement verra le jour composé d’un bloc pédagogique (6 salles ordinaires et 2 spécialisées), d’un bâtiment administratif, d’une bibliothèque - salle informatique, d’un bloc toilettes composé de 10 boxes sanitaires, d’une loge pour le gardien, d’un plateau multifonctionnel de sport, et d’un mur de clôture de 600 ml. Il s’agit là d’un budget d’environ 147.000.000 FCFA mobilisé par l’Association Agir pour le Département de Goudiry en France et ses partenaires (dont le Conseil départemental de Goudiry) et par le PAISD !

Après Goudiry, l’Ambassadeur s’est rendu à Koutiha Kassé, un village situé dans la communauté rurale de Bala (Département de Goudiry de Tambacounda) à 8 kilomètres de la route nationale et compte 2.500 habitants. La piste qui permet d’accéder au village est régulièrement inondée en saison des pluies rendant l’accès au village particulièrement difficile. C’est dans ce contexte que les ressortissants de Kouthia Kassé établis en France, regroupés au sein de l’association Kouthia Taxaano Feddé, ont pris l’initiative de participer à l’amélioration de la couverture sanitaire des habitants de leur village d’origine en le dotant d’une infrastructure fonctionnelle et d’équipements modernes permettant d’offrir un service de santé de qualité.
JPEG
Aujourd’hui 21 villages, dont certains à plus de 36 kms, dépendent du poste de santé du village pour leurs soins, notamment les accouchements.

En complément du projet réalisé dans le cadre du PAISD, l’association des ressortissants de Kouthia Kassé en France a engagé sur fonds propres et avec la participation de la Région Ile de France et du conseil général des Yvelines, la construction d’une maternité dans l’enceinte du poste de santé.

La case de santé améliorée de Thiarra est fonctionnelle depuis 2010 avec un infirmier sur place accompagnée d’une matrone et d’un ASC. Le Comité de santé affiche des recettes convenables à raison de 120 consultations par mois en moyenne, qui lui permettent de rémunérer le personnel. Elle a été agrandie et transformée en poste de santé toujours grâce au soutien des ressortissants du village et au PAISD.
JPEG
Sur la route de Tambacounda, l’Ambassadeur s’est arrêté à Bala pour y visiter le Centre de la mère et de l’enfant soutenu par l’ONG Caïcedrat. Il bénéficie d’un équipement moderne et d’un personnel de qualité encadré par le Docteur Ibrahima Faye.

Quittant Goudiry pour rejoindre Velingara, l’Ambassadeur a prononcé ces quelques mots :
« J’ai été touché par la sincérité des remerciements des villageois, par les drapeaux français et sénégalais sur les motos, voitures, bâtiments et dans les mains des enfants. » C. Bigot
Kha do baradjé Bakel do Goudiry takhalémou !

Le 14 février, l’Ambassadeur Bigot a rejoint Vélingara, une ville situé en Casamance, dans la Fouladou où il a visité le campement touristique Lew-Lewal qui veut dire « Clair de lune » en poulaar. Le propriétaire du campement, M. Mballo, après avoir capitalisé une grande expérience en France notamment, a décidé de retourner au Sénégal pour faire valoir ses connaissances et participer au développement de son pays et plus particulièrement de sa localité d’origine. A ce titre il s’est lancé dès 2007 dans la réalisation du Campement touristique. Activité qui a permis de fixer de nombreux jeunes dans leur terroir par la création d’emplois et de revenus. Aujourd’hui, le Campement Lew-Lewal est recommandé par le célèbre Guide du Routard et est positionné comme un réceptif de notoriété.
JPEG
Le PAISD a apporté son appui à la réalisation de l’étude de faisabilité et à la mise en œuvre de ce projet de Campement touristique en assurant l’accompagnement du processus pendant une durée de 12 mois à travers la mise à disposition d’un cabinet spécialisé en comptabilité, gestion et management d’établissement hôtelier. Le cabinet a été mobilisé par le promoteur pour le développement des partenariats et de la communication. Dans le cadre du partenariat entre le PAISD et l’OFII pour les projets d’investissement économique, le promoteur a bénéficié d’une subvention de 4,6 M FCFA / 7.000 EUR au titre de l’aide au retour.

Arrivés dans le bassin d’Anambé, l’Ambassadeur a visité le barrage et les installations de pompage pour l’irrigation puis la Société de Développement Agricole et Industriel (SODAGRI) .
JPEG
La Société de Développement Agricole et Industriel (SODAGRI) a été créée en 1974. Le Projet « Développement agricole et sécurité alimentaire des territoires ruraux du Tiers Sud du Sénégal » (projet Tiers Sud / Beydaare) a pour finalité le développement économique durable des terroirs ruraux du Tiers Sud du Sénégal, et l’amélioration des conditions de vie, de la sécurité alimentaire, de la nutrition et de la résilience des populations rurales de ces zones. Il a pour objectif de contribuer à la diversification de l’agriculture locale, à l’augmentation de la productivité des cultures et à une valorisation accrue des ressources en eau dans la zone d’intervention afin de sécuriser les revenus des producteurs et améliorer la viabilité des exploitations familiales. La SODAGRI, avec le soutien de l’AFD, crée des emplois, offre plus de revenus aux agriculteurs, aux jeunes de la région, d’après l’Ambassadeur Bigot.
JPEG

Dans la journée du 15 février, l’Ambassadeur a été accueilli par les jeunes du centre de formation professionnelle CAMPOS à Kolda où ils reçoivent des formations professionnelles qualifiantes qui favorisent leur insertion économique.
Le Centre d’Apprentissage des Métiers, de Production et d’Offre de Services – CAMPOS vise à dispenser un enseignement technique dans 4 filières (construction et soudure métallique, petite mécanique, couture, coiffure) et à offrir par la même occasion aux populations locales un certain nombre de services de proximité, dans une zone particulièrement enclavée au sud de la région de Kolda. 70% du budget total de son financement a été pris en charge par le Fond social de développement.
JPEG
L’Ambassadeur de France s’est ensuite essayé au décorticage des noix de cajou lors de la visite de l’unité de conditionnement d’amandes et de noix de cajou du programme développé par l’association Agronomes et Vétérinaires sans Frontières qui appui les organisations de producteurs de la région de Kolda pour la mise en place de circuits courts de commercialisation de produits locaux obtenus selon des modes de production agro-écologiques. Saviez-vous que du fromage au lait de vache est fabriqué à Kolda ? Un délice !
JPEG
Après une visite de la maison d’arrêt de Kolda qui bénéficie d’un soutien du fonds de solidarité prioritaire (FSP) dans le cadre du projet de Modernisation de la justice sénégalaise (FSP MOJUSEN), l’Ambassadeur et sa délégation ont rejoint le lycée privé Mamadou Macky Diallo qui accueille aujourd’hui 193 élèves, de la 3ème à la Terminale ! L’établissement a obtenu les meilleurs résultats au Baccalauréat l’année passée parmi tous les établissements privés de la région de Kolda.
JPEG
Le PAISD a apporté son appui à la réalisation de l’étude de faisabilité et à la mise en œuvre de ce projet en assurant l’accompagnement du processus pendant une durée de 12 mois à travers la mise à disposition d’un cabinet spécialisé en comptabilité, gestion et management d’établissement scolaire pour appuyer le promoteur dans l’élaboration du projet pédagogique de l’établissement. Le cabinet a été particulièrement mobilisé par le promoteur pour l’accomplissement des formalités nécessaires à l’obtention des autorisations d’ouverture et de certification de l’établissement.
JPEG
« Folle ambiance du Fouladou ! Je suis frappé par l’avancée rapide de nos projets ! Par exemple, le lycée privé Mamadou Macky Diallo, ouvert en 2012 et qui accueille aujourd’hui 200 élèves. Il nous donne d’ailleurs un bel exemple d’engagement de la part d’un sénégalais formé en France, qui, avec peu de moyens, arrive à construire un lycée d’excellence ! » C. Bigot

A Marandan, le 16 février, l’Ambassadeur a été accueilli par les élèves de l’École élémentaires, qui ont entonné l’hymne national sénégalais d’une même voix. 500 élèves, une seule voix…

L’unique école primaire du village comptait 11 salles de classes pour 500 élèves. Le projet d’agrandissement de l’école et de son équipement en mobilier, porté par les associations Pakao Kafoo et Casaction avec l’appui technique et financier du PAISD, du Conseil rural et de l’Inspection départemental de l’éducation de Sédhiou, s’est déroulé en 2012 « permet aux élèves d’apprendre dans de meilleures conditions » nous a expliqué le directeur de l’école.
JPEG
Après une visite de l’hôpital régional et du centre de santé de Sédhiou qui bénéficie, grâce à une subvention de l’AFD servant à financer un projet qui vise à renforcer le système de santé pour améliorer la prise en charge des accouchements afin de réduire le taux de mortalité maternelle et néonatale, l’Ambassadeur et sa délégation se sont rendus au fort Pinet Laprade de Sédhiou. Un retour sur l’histoire avec ce fort édifié il y a plus de 150 ans. « Ce patrimoine, qui appartient au Sénégal, peut permettre de promouvoir le tourisme en Casamance. » C. Bigot
JPEG

"Ce matin j’ai été marqué par le spectacle donné en l’honneur de la pose de la première pierre du nouveau poste de santé de Djinaky, à la frontière gambienne, avec la présence remarquée du Koumpo" ! C.Bigot
JPEG
La tournée de l’Ambassadeur a pris fin avec l’inauguration de ce nouveau poste de santé qui va améliorer fortement les conditions de travail des sages femmes et lutter contre la mortalité infantile et néonatale.

"Pour terminer, je souhaite vous dire à tous : Alabarka, Abbaraka, Kha do baradjé, dieuredief et surtout Ba benen yoon..." C. Bigot

Dernière modification : 24/02/2017

Haut de page